mercredi 6 janvier 2010

No Sarko day... ouais, quoique!

Evidement, si il se met à sauter du train, en marche (et en pyjama), à grimper aux arbres de l'Elysée, il sera possible d'entamer une procédure de destitution, mais nous n'en sommes pas là, mais pour le moment, essayer de monter une opération consistant à faire défiler 200 000 personnes entre Bastoche et Nation me paraît aussi grotesque que contre-productif.
Les non sarko days ne peuvent intervenir, à mon sens que les jours d'élection, et si les gesticulations médiatiques m'agacent, la faible participation me préocupe ...

4 commentaires:

Didier Goux a dit…

Bon, pour être sérieux deux minutes : il n'y a évidemment aucun motif de destitution. Et, de toute façon, une destitution ne se fait pas "dans la rue", mais suivant des procédures très précises, vous le savez aussi bien que moi.

Les "NSD" sont des clowns, qui vont se déconsidérer eux-mêmes (ce qui n'est pas grave : ils ne sont rien, cela fait 40 ans qu'ils ne sont rien), mais aussi ceux qu'ils vont entraîner derrière eux (heureusement peu nombreux, je crois).

Ces connards, on le sait depuis longtemps, n'ont qu'un ennemi, qu'une haine : la démocratie. Je ne suis moi-même pas tellement démocrate. Mais si je dois choisir entre elle et eux, n'est-ce pas...

Sinon, ça va, vous ?

(J'ai un mail privé, au fait...)

Olivier P a dit…

En fait, je ne dis pas autre chose. Le no Berlusconi day a rassemblé 300 000 personnes, autant dire, rien...

FalconHill a dit…

J'adhère totalement au commentaire de Didier...

Disparitus a dit…

Nous sommes tous bien d'accord